Rencontre aec Alice Cherki : "la frontiére invisible"- Samedi 9 avril14h30 à la Maison des Pssages

Rencontre-S avec ALICE CHERKI
"La frontière invisible"
psychiatre, psychanalyste et écrivaine
Samedi 9 avril de 14h30 à 18h

A La Maison des Passages
44 rue Saint Georges 69005 Lyon

En cette année anniversaire des 60 ans de la signature des accords d’Évian et de l’indépendance de l’Algérie des psychanalystes et des travailleurs sociaux * organisent, en partenariat avec la revue Écarts d’Identité, l’Association France Algérie Rhône Alpes et ses partenaires le Cercle des Algériens en Rhône Alpes et La Maison des passages, une rencontre avec Alice Cherki .

Alice CHERKI, Née à Alger, elle rejoint, en pleine guerre d’Algérie, Frantz Fanon et l’équipe de ce dernier, médecin chef d’une division de l’hôpital psychiatrique de Blida, dont elle partage l’engagement politique pour l’indépendance de l’Algérie.
Dans sa pratique psychanalytique, aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public, Alice Cherki, interroge à partir de l’Algérie coloniale, des guerres et de l’émigration-immigration, les enjeux psychiques et politiques des silences de l’histoire dont sont porteurs les « enfants de l’actuel ».
Elle scrute les pathologies individuelles et collectives de notre temps, avec l’idée que cela ne relève pas forcément d’une aliénation psychiatrique mais d’une inadaptation psychique, liée à une souffrance collective qui exclue l’autre de l’altérité.

L’auteure situe les questions de notre temps au carrefour du singulier et du collectif, en lieu et place où le psychisme singulier et le politique se rejoignent.
Dans le contexte politique et géopolitique actuel d’une mondialisation libérale, Alice Cherki pose des questions fondamentales telles que :

  • Pourquoi assistons-nous à l’émergence massive de cette tendance, ici et ailleurs, à vouloir produire du même, de l’identique, source des revendications identitaires ?
  • Que se passe-t-il lorsque le politique lui-même se fonde sur le mépris, l’exclusion de l’altérité et l’effacement des figures de l’étranger ?

Bien au-delà des murs et des barbelés, Alice Cherki met en évidence les frontières invisibles et silencieuses qui empêchent toute rencontre avec des lieux d’accueils « métaphoriseurs », autrement dit, avec tout support de médiations symboliques qui favorisent le travail de subjectivation.

Au cours de sa carrière, elle publie de nombreux articles et ouvrages, dont :
« Frantz Fanon » (Éditions Seuil, 2000) : Elle souligne le lien entre les effets psychologiques de la colonisation et le colonisé.

« La Frontière invisible, violences de l’immigration » (Éditions Elema, 2007) : Prix Œdipe, elle y tisse un lien entre sa pratique psychanalytique et son expérience politique.

« Mémoires Anachroniques. Lettre à moi-même et à quelques autres » (Edition L’aube, 2016) Elle témoigne de son parcours de vie et de ses engagements.

* Claude Alombert, Bruno Fabre,Zohra Perret
Jean-Pierre allié, Nouri Jeddi, Gilbert Rémond.