N°129

Notes de lectures

La laïcité à l’épreuve des identités

Sous la direction de Manuel Boucher

par Farid RIGHI

La laïcité à l’épreuve des identités
Enjeux professionnels et pédagogiques dans le champ éducatif et social
Éditions L’Harmattan, 2017, 239 p.

22 livre 01
22 livre 01

Ce travail est sans concession dans la manière de nous inviter à saisir les débats autour de la laïcité, à la fois dans le contexte et les enjeux de ces débats, et par rapport à la nécessité pour les acteurs du champ éducatif et social de construire une posture incarnée de la laïcité.
Une longue introduction de Manuel Boucher évoque comme un « coup de poing » la contextualisation des débats prise à partir d’une chronologie dramatique d’actes et d’attentats terroristes. La longue liste nous rappelle la profondeur et l’épaisseur du symptôme social incarné par tous ces jeunes djihadistes qui « ont la haine de la société » et la « volonté de punir ». Il nous rappelle ainsi comment, pris dans cet environnement, le débat se fabrique en se crispant : une racialisation du débat qui divise les tenants d’une laïcité associée à une vision républicaniste du modèle d’intégration et ceux qui prônent une laïcité nouvelle en réformant le modèle d’intégration.
Une première partie de l’ouvrage fait le tour de la question de la laïcité, comme valeur mais surtout comme principe juridique qui s’impose à tous en France. On notera avec intérêt l’enquête menée en Suisse qui, à travers une ballade pédagogique de l’investigation, montre comment chez nos voisins helvètes se construit une vision problématique de l’islam, une altérité dérangeante à travers le prisme de l’égalité des sexes et comment le sexisme est utilisé pour désigner l’Islam. L’histoire des épithètes autour de cette notion (laïcité nouvelle, positive, ouverte, européenne,…) comme un jeu de miroir sur les risques actuels liés aux logiques identitaires et culturelles.
La deuxième partie de l’ouvrage se consacre à l’expérience pratique, en acte, de la laïcité dans le champ social et éducatif à travers ce que l’on appellerait les épreuves de professionnalités des acteurs. Les contributions fluides et passionnantes nous racontent sans détours la nécessité de retisser la trame de l’identité nationale en « vertu de l’histoire réelle et non plus fantasmée de la nation », par « une pédagogie de la considération à l’égard des élèves toutes origines et options spirituelles confondues », sans taire une tradition française ethnocentriste bien présente dans la scène originelle de la laïcité comme dans le déroulé de son histoire.

Devant le succès croissant des établissements privés (écoles catholiques et musulmanes) depuis 2003 et surtout 2004, on attire notre attention sur l’essor des écoles confessionnelles et leur rôle sur la transmission de l’enseignement religieux comme un levier du vivre ensemble. Sans omettre de prendre en compte les représentations, la parole et le positionnement des étudiants sur leur vision de la laïcité, souvent responsable et rigoureuse dans l’esprit des collégiens et des lycéens.
Dans le champ du social, l’ouvrage rappelle que les acteurs sont convoqués à la fois à faire retour sur leur propre histoire, construite en s’opposant quelquefois violemment aux institutions religieuses pionnières du travail social, et en ne se laissant pas submerger par les demandes autour du fait religieux des usagers. L’enjeu est de considérer la référence au religieux comme un recours visant à se « ré-affilier et à revaloriser des identités meurtries par les inégalités sociales et les discriminations ». Un retour au religieux comme sentiment d’affection et d’attachement au monde. Cet enjeu devient essentiel dans la formation afin d’éviter de tomber dans les pièges des assignations identitaires et culturelles : concernant aussi bien les usagers que les intervenants sociaux issus de ces minorités.
Les auteurs réaffirment d’une certaine manière la nécessité pour les acteurs d’être dans une posture professionnelle laïque ajustée, afin de valoriser plus qu’un principe juridique supérieur, une émancipation laïque.

Farid RIGHI