N°136

note de lecture

La race tue deux fois Une histoire des crimes racistes en France (1970-2000)

par Patrick Rozemblatt, Patrick Rozenblatt

La race tue deux fois
Une histoire des crimes racistes en France (1970-2000)

Rachida Brahim
Editions Syllepse. Collection « Histoires : enjeux et débats », 2021

En complément du dossier du dernier numéro d’Ecarts d’identités, il faut absolument lire ce livre de Rachida Brahim qui méthodiquement s’est plongée dans les archives pour y exhumer une réalité déniée de notre histoire moderne. Partant de l’examen précis d’événements survenus dans l’agglomération marseillaise dans les années soixante-dix, elle a étendu ses investigations à l’ensemble du territoire français, collectant des données sur plus de 700 crimes racistes sur une période de trente ans. L’ouvrage analyse la double violence du racisme qui expose certaines vies à une violence spécifique tout en niant la violence que ces mêmes vies subissent au nom de l’universalisme républicain. La racisation des populations essentialisées par rapport au stigmate de leurs origines africaines, du Sahel au Maghreb, les installe comme cibles autorisées, ce que Rachida Brahim analyse au regard de trois types de criminalité. Il y a bien entendu celle commise et revendiquée par les nervis de l’extrême-droite toujours à l’affût et prête à saisir le moindre événement pour organiser une ratonnade. Il y a encore celle des Dupont-la joie, c’est à dire des voisins qui à partir d’un litige s’attribuent le droit de tuer tant ils ont compris que l’autre même s’il était Français n’était qu’un sale étranger certainement prêt à le tuer s’il n’agissait pas le premier ! Il y a aussi celle des représentants de l’Etat, bien entendu celle de ceux qui représentent la violence de bon droit mais encore celle plus troublante d’autres agents institutionnels y compris dans le domaine de la santé !

A l’heure où certains voudraient invisibiliser le lourd tribut payé au nom de la race par celles et ceux dont parle ce livre c’est une forme d’hommage à leur rendre. C’est dur, c’est émouvant, c’est indispensable à connaître et à faire connaître !